Comment trouver son équilibre de vie ?

consulting, développement personnel, thérapie, psychothérapeute, coach, I. Consult’in, 06 Menton

Avez-vous l’impression que le temps vous échappe ?
D’être toujours débordé(e) ?
Craignez-vous de passer à côté de l’essentiel ?

Notre société valorise un idéal de performance dans tous les domaines, professionnels et personnels. La barre est donc très haute.

Difficile de ne pas se laisser happer par la quête illusoire d’incarner ce «wonderman» ou cette «wonderwoman» de la Publicité.

Mais à quel prix ? Quels sont les bénéfices de cette fuite en avant ? Ne confondons-nous pas bien souvent niveau de vie et qualité de vie ? Cette interrogation n’effleure même pas la plupart d’entre nous, pris dans une véritable frénésie d’action perpétuelle.

Le stress chronique que ce mode de vie engendre n’est pourtant pas sans conséquence sur notre santé physique et mentale.

Face à la pression constante de parts et d’autres ; celle d’un être un(e) bon(ne) professionnel(le), un bon parent, un(e)bon(ne) ami(e), un(e) bon(ne) voisin(e), etc… Comment trouver et maintenir son équilibre de vie ?

Voici quelques pistes qui peuvent vous aider :

1/ Au travail :

Imprimir

La première étape consiste à prendre un peu de recul vis-à-vis de l’obligation de résultat qui pèse sur nous (ou que nous faisons peser sur nous-même).
Il est légitime de mobiliser nos savoir-faire pour remplir nos objectifs, pour conserver notre emploi, obtenir une promotion, pérenniser notre entreprise, ou tout simplement nous réaliser.
Mais développer ses savoir-être permet d’être bien plus efficace et épanoui(e) que céder sans discernement au diktat du «toujours plus et toujours plus vite».

L’ étape suivante nécessite de s’octroyer du temps pour apporter vos réponses aux questions suivantes :

– Suis-je en accord avec les pratiques de la société où je travaille ? Suis-je à ma place ?
– Qu’est-ce que je cherche au travers de mon travail ? (Être reconnu(e) ? Évoluer ? Autre ?)
– Comment puis-je diversifier les moyens de satisfaire mes besoins ? Dans quels autres contextes ?
– À quel(s) niveau(x) se situent mes difficultés ? (La technicité de mes fonctions ? Ma charge de travail ? Mon relationnel ?) Comment puis-je y remédier ?
– Qu’est-ce qui génère le plus d’insatisfaction pour moi, et qu’est-ce qui dépend directement de moi pour le réduire, en diminuer l’impact ? Qui peut m’aider ?
– Que puis-je faire pour mieux respecter mon rythme personnel, pour avoir une énergie plus constante ?
– Quels sont les défauts qui me desservent le plus ?
– Quelles sont les talents que je peux développer ?
– Quels nouveaux objectifs puis-je me fixer ?
– Que dois-je mettre en oeuvre pour les réaliser ?
– Pour quelle date ?

2/ Dans la vie personnelle :

Busy mother doing simultaneously many tasks cooking cleaning reading working and talking on the phone

Pour éviter de culpabiliser de ne pas assez se consacrer à son (sa) conjoint(e) et/ou ses enfants, d’être frustré(e) de ne pas avoir de temps pour soi, et finalement avoir l’insupportable sensation de passer à côté de sa vie, il est judicieux d’effectuer régulièrement le point sur ses priorités, en solutionnant ces questions essentielles :

– À quel(s) niveau(x) se situent les difficultés que je rencontre ? Moi seul ? Mon couple ? Ma famille ? Le temps réparti entre le travail et la vie personnelle ?
– Le rôle de chacun dans la famille est-il suffisamment bien défini et respecté ?
– Est-ce que je sais m’organiser ? Demander de l’aide quand j’ai besoin ?
– Est-ce que je sais profiter du moment présent ou suis-je toujours dans l’anticipation ?
– Est-ce que je connais mes vraies priorités ? Mes aspirations profondes ?
– Qu’est-ce que je ne m’autorise jamais ?
– Comment puis-je m’épanouir davantage ? (En créant ? En apportant aux autres ? En ayant plus d’ami(e)s ? En étudiant ? En voyageant ? Autre ?)
– Quelles solutions concrètes puis-je mettre en oeuvre, seul(e), et avec la collaboration de mon entourage ? Comment puis-je m’y prendre ? etc…

Pour construire la vie qui nous convient vraiment, il est essentiel de mener une réflexion globale sur le sens que l’on souhaite donner à son existence.

Il faut avant tout décider de ne plus subir sa vie comme une coquille de noix ballottée sur les flots au gré du vent, mais d’en devenir l’acteur/l’actrice. Se persuader que les causes des problèmes sont toutes extérieures à soi-même est un leurre.

En prenant du recul, vous redécouvrez votre vie avec ses avantages et ses inconvénients, mais aussi votre marge de manoeuvre.

Vous pouvez également vous interroger sur vos freins au changement, les peurs et les convictions limitantes qui vous empêchent de passer à l’action.

En considérant vos difficultés comme une donnée à traiter et non plus une fatalité, vous récupérez le pouvoir d’agir sur votre vie.

En osant le changement, même infime au départ, vous initiez pour vous-même une dynamique positive. En analysant l’écart entre le résultat et ce que vous aviez imaginé, vous récoltez de nouvelles données pour continuer à construire la vie à laquelle vous aspirez.

 Je finirai par cette phrase pleine de sagesse de Nelson Mandela :

«Dans la vie, soit je gagne, soit j’apprends.»

Si ces quelques pistes ne sont pas suffisantes pour votre situation particulière, si vous vous sentez dépassé(e) par les obstacles, votre accompagnement par un professionnel de la Relation d’Aide peut s’avérer nécessaire.
Consultez-nous !

Isabelle RABY

Illustrations : Freepik/Fotolia
© Isabelle Raby. Toute reproduction totale ou partielle sans autorisation écrite est interdite.